27/11/2007

 

Nucléaire, Airbus : Pékin signe pour 20 milliards

AFP
Hier, à Pékin, séance de signatures entre un fonctionnaire chinois et Jean-Louis Borloo, ministre français de l'Écologie. Au second plan, Nicolas Sarkozy est entouré du président chinois Hu Jintao et de Christine Lagarde, ministre française de l'Économie. : AFP

Nicolas Sarkozy voulait faire mieux que Jacques Chirac. Pari réussi, à court et à long terme, qu'il s'agisse de commerce, avec Areva et Airbus, ou d'avancées politiques.

PÉKIN (de notre envoyé spécial). - Anne Lauvergeon a le sourire large. La patronne d'Areva vient de signer, ce lundi matin, dans le Grand Palais du Peuple, sous les applaudissements de dirigeants des deux pays, le plus gros contrat de l'histoire du groupe : 8 milliards, payables en euros, s'il vous plaît. « La Chine, confie l'intéressée, est devenue l'un des marchés les plus palpitants. On passe du nucléaire de prestige au nucléaire de masse. »

 

Areva va donc construire, avec son partenaire CGNPC, deux réacteurs EPR, les mêmes qu'à Flamanville, fournir le combustible pendant quinze ans et développer une production de combustible au zirconium. Cerise sur le gâteau, Areva prévoit de vendre une usine de retraitement des déchets, sur le modèle de celle de la Hague, pour la bagatelle de 15 milliards.

 

Un « climat de confiance »

 

L'autre bonne nouvelle vient de China Aviation Supply Import, la société d'État qui achète des avions pour le compte des compagnies : 160 nouveaux appareils Airbus - 110 A 320 et 50 gros porteurs A 330 dont 10 pour China Airlines - sont commandés pour une valeur de 10 milliards d'euros. Au moins la moitié des A 320 seront assemblés à Xianmen, pour cause d'euro cher. La Chine produira des matériaux composites et associera Pékin à l'aérostructure du futur A 350. « Durant, les discussions, on est passé de 30 à 160 avions, confie un témoin de la négociation. Le climat de confiance les a encouragés à avancer des commandes. »

 

Alcatel fournira des équipements (750 millions) pour China Mobile et China Unicom. Alstom, la signalisation pour le métro de Shanghai (43 millions). Eurocopter, dix appareils (80 millions), Natixis investit dans la lutte contre le CO2 (19 millions). CMA-CGM dans un terminal à conteneurs à Xianmen. Sanofi, dans une usine de vaccins contre la grippe à Shenzen...

 

Moins sonnants et trébuchants, mais prometteurs, sept accords de coopération ont été signés entre les deux États sur les hautes technologies, la gestion des flux migratoires, la protection des investissements... Hier soir, de nouvelles coopérations étaient envisagées sur la voiture propre, les déchets, l'eau. Grande fierté de Jean-Louis Borloo qui exporte même son « Grenelle ».

 

« La Chine a pris conscience des dégâts de la croissance, confirme Gérard Mestrallet, le PDG de Suez, dans la course pour l'aménagement de quartiers de plusieurs millions d'habitants. Le XXVIIe congrès du Parti communiste a mis l'environnement au premier rang des priorités. Ce ne sont pas des mots, c'est immédiatement appliqué. »

 

 

Michel URVOY.

09:37 Écrit par klara dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/11/2007

 

Les maçons roumains ont cru à l'Eldorado


Angelus (à gauche) et d'autres hommes passent leur journée à Saint-Philbert-de-Grandlieu en attendant de percevoir leur salaire.

En Loire-Atlantique, trois patrons du bâtiment ont été mis en examen pour travail dissimulé. Depuis, des maçons roumains attendent d'être payés pour rentrer chez eux.

On leur avait promis beaucoup d'argent. Ils y ont cru. Jusqu'au bout. Angelus et les autres. L'espoir a pris la couleur du dépit et de la colère. Des hommes entre la vingtaine et la cinquantaine sont cloués dans un gîte au château des Brétaudières, du côté de Saint-Philbert-de-Grandlieu (Loire-Atlantique). Ils attendent d'être payés pour rentrer chez eux en Roumanie. Leur patron a mis la clef sous la porte le mois dernier.

Une liquidation judiciaire qui sonne comme la fin d'une chronique annoncée. En effet, dès le mois de juin, le procureur ouvre une information judiciaire « pour travail dissimulé, marchandage et prêt de main-d'oeuvre illicite ». Les gendarmes opèrent deux coups de filet successifs. Une cinquantaine de personnes (1) sont interpellées, des Roumains, des Polonais soupçonnés de travail dissimulé. Ils ont été recrutés par une entreprise roumaine pour le compte d'une société française. Les patrons sont de la même famille.

1,60 € pour manger

Les premières interpellations ne mettent pas un coup d'arrêt à l'entreprise. Elle est placée en redressement judiciaire. Mais elle fait signer des contrats de six mois, en règle cette fois, à une quinzaine de maçons.

Les ouvriers continuent donc de travailler. Toujours dans les mêmes conditions. « On part le matin vers les 7 h. On revient entre 20 h et 21 h ». Des journées à rallonge, samedi compris. On est loin des 35 heures normalement payées 1 250 € (comme indiqué sur le contrat de travail).

Les hommes turbinent aux quatre coins du département : Bouvron, La Chapelle-des-Marais, Guenrouet... Construisent de futurs pavillons dans des lotissements. « C'était dur, confie Angelus, mais ça reste mieux payé qu'en Roumanie. » Pas tous les mois. « On attend toujours notre paye de juin et juillet. Ces mois-là, on a juste reçu 1,60 € par jour pour manger », rouspète un ouvrier dans un français hésitant. Père de trois enfants, il dit ne pas avoir assez d'argent pour rentrer chez lui. « Le mois dernier, on a été payés mais j'ai envoyé 500 € chez moi. »

La boîte a été liquidée. Aujourd'hui, c'est un mandataire judiciaire qui se charge de payer les salaires. « Leur droit sera respecté », assure-t-il. Mais les ouvriers ne verront ni la couleur de leur premier mois de travail ni leurs heures supplémentaires.

L'affaire dans laquelle trois personnes sont mises en examen est toujours à l'instruction. « Des histoires toujours complexes. Et un vrai tonneau des Danaïdes, commente un observateur. Une entreprise ferme, une autre ouvre. Le secteur du bâtiment est vérolé. Il y a des pavillonneurs qui imposent des prix extrêmement bas et demandent même une commission à des entreprises du bâtiment. Et qui, pour obtenir les marchés, ne respectent plus la loi. » La porte ouverte à tous les abus.

La Fédération française du bâtiment avait déjà réagi dans nos colonnes, dénonçant le travail illégal « source de concurrence déloyale ». Elle travaille sur des cartes d'identification professionnelle des salariés du BTP. Angelus et les autres ne se résignent pas. Toujours prêts à revenir travailler en France.

Marylise COURAUD.

 

(1) Certains ouvriers ont depuis été reconduits à la frontière. D'autres ont signé un nouveau contrat de travail.

07:14 Écrit par klara dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/11/2007

 

massages chats

22:22 Écrit par klara dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Nouveau-2

22:20 Écrit par klara dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/11/2007

 

Hier j'avais réussi à changer mon emploi de temps au boulot pour être présente au jugement des inculpés de la réunification.

La salle d'audience était pleine, plusieurs affaires étaient jugées, certaines ont été renvoyées puis est venu le moment du jugement des gars. Jean Ollivro sociologue qui a écrit de très bon livre sur la place ouverte de la Bretagne sur le monde et l'europe a témoigné en faveur des inculpés, Grandville et une conseillère régionale aussi. Ollivro a bien insité sur le deni d'identité qui existait en Loire Atlantique. On était une 60aine de personne à les soutenir.

Le procureur n'a pas trouvé d'arguments pour les attaquer à part d'assimiler ce geste à un tag impubert et au front Libertaire des Naines de jardins. La salle a failli être évacuée car on disait un peu ce qu'on pensait. Le procureur a osé dire qu'il fallait des travaux d'intérêt général pour nettoyer car "c'etait épais comme le pétrole de l'Erika" alors même que les employés de la mairie d'Asserac a mis une matinée à nettoyer. Quelle honte de faire référence à l'Erika! A-t-il nettoyé les plages?

La plaidoirie de l'avocat dont les honoraires ont été pris en charge par Skoazell a été superbe. Il a souligné le fait que la région PDL était fausse, antidémocratique, irrespectueuse car le procureur a fait souvent référence au respect d'autrui, que le fait d'évoquer Erika etait un manque de respect envers les bretons.... C'était un jugemnet d'un fait de militantisme, seule voie trouvée pour s'exprimer.

Ils s’en sortent avec 500 € d'amende à payer

Victoire

Soulagement

20:49 Écrit par klara dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/11/2007

 

Lors d'un congrès de chirurgie, deux chirurgiens américains font part de
leur réussite. Nous avons eu un patient dont les jambes avaient été broyées
sous un train. Grâce à notre technique
ultra-moderne, nous les lui avons réparées, et deux mois après, il courrait
le marathon de New-York !
Applaudissements et hourras dans la salle...
Deux chirurgiens chinois interviennent :
- Nous avons eu un patient dont les bras avaient été arrachés et broyés
dans une machine-outil. Grâce à notre savoir-faire ancestral, nous les lui
avons réparé, et trois mois après, il participait aux
championnats du monde d'haltérophilie.
Applaudissements et hourras dans la salle...
C'est le tour des chirurgiens français :
Nous avions un trou du cul qui venait de Hongrie. Nous l'avons greffé à
l'Elysée, et en moins de 3 mois, il fait chier toute la France !

21:25 Écrit par klara dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

quelle bêtise !!!

  JE TROUVE LA DECISION DU PREFET GROTTESQUE

J'ai pris le Navibus pour aller à Chantenay. Je suis passée devant le hangar à bananes. Il ya des barrières. Les portes des restaurants sont au moins 5 mètres derrières ces barrières. La porte de la discothèque sur le côté.

A moins qu'il ait été poussé, il n'a pas pu tomber seul dans la Loire sauf s'il s'est penché pour vomir et qu'il ait perdu l'équilibre. On ne peut même pas passer à travers.

alors je trouve çà dégueulasse de sanctionner la discothèque. Les gens ont qu'à faire attention à eux, à ne pas trop boire. Et ses copains alors où étaient ils?

  

 ------------------------------ 

Hangar à bananes : fermeture administrative d'un mois pour la discothèque le LC Club

Fin septembre, Pierre-Yves Bouju  tombait dans la Loire après une soirée arrosée, en sortant du LC club, la discothèque du Hangar à bananes, à Nantes. Quelques jours plus tard, le corps du jeune homme était retrouvé à Couëron. 

 

Ce mardi après-midi, le préfet a sanctionné l'établissement par une fermeture administrative d'un mois, à effet immédiat. 

 

Par ailleurs, dans cette affaire, le parquet de Nantes a ouvert une information judiciaire contre X, fin octobre, pour délaissement d'une personne hors d'état de se protéger. L'enquête devra établir les circonstances exactes de la mort du jeune homme. 

09:49 Écrit par klara dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |